Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Geobunnik

Le blog d'un enseignant qui prépare au CAPES et au CRPE en géographie à l'ESPE de Corse à Ajaccio et Corte.

Comment définir le tourisme en géographie ?

Publié le 11 Novembre 2013 par geobunnik in Tourisme

 

1- Une première définition, celle de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), organisme de l'ONU chargé d'assurer « la promotion du tourisme en tant que moteur de la croissance économique, du développement sans exclusion et de la durabilité environnementale. Institution de référence, elle fournit une assistance au secteur pour faire avancer les politiques relatives au savoir et au tourisme de par le monde. » (source unwto.org). (2000)

 

Le tourisme = « activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours, de leurs lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs ».

 

A retenir :

  • un déplacement, une distance entre son "chez-soi" et un "ailleurs"
  • une temporalité exceptionnnelle
  • un but : loisirs, affaires, autres ... ce qui sous-entend pour l'OMT qu'il y a des touristes riches qui dépensent en faisant des affaires et les autres ...

 

2- Une définition de Marc BOYER, historien du tourisme (Le tourisme en France, EMS, 2003) :

Tourisme = « ensemble des phénomènes résultant du voyage et du séjour temporaires de personnes hors de leur domicile en tant que ces déplacements satisfont, dans le loisir, un besoin culturel de la civilisation industrielle »

 

A retenir :

  • un besoin culturel, ce qui sous entend une construction intellectuelle progressive ou issue de l'éducation.
  • un phénomène lié à la civilisation industrielle et à celle qui lui succède (la civilisation numérique, post-industrielle), donc à ses moyens techniques.

 

3- Une définition d'un géographe britannique, Douglas PEARCE (Géographie du tourisme, Nathan, 1993 – édition en anglais 1987) :

Tourisme = « ensemble des relations et des phénomènes résultant des voyages et des séjours temporaires de personnes qui se déplacent essentiellement pour se divertir et se détendre ».

 

A retenir :

  • des interrelations qui se créent en lien avec des déplacements, ce qui veut dire des formes spatiales, des formes culturelles, des échanges, ...

 

4- Une définition de géographes français, Stéphane NAHRATH et Mathis STOCK (Urbanité et tourisme, une relation à repenser, Espaces et sociétés n° 151, 2012/3, p ; 7-14)

« Le tourisme, invention des citadins, cristallise les valeurs et les pratiques urbaines, ou encore les formes architecturales, et transfère cette urbanité en tous lieux mis en tourisme, même en ceux que l'on juge à priori les plus éloignés du modèle urbain, tels que les stations ou les villages touristiques, par exemple en montagne ou sur les littoraux. En effet, ces lieux s'urbanisent sous l'effet de ce transfert d'urbanité, voire de centralité et voient émerger des problèmes d'urbanisme, de circulation et de redistribution du capital économique, de rencontre de populations hétérogènes, de gouvernance urbaine, de pollution, de violence, etc. De plus, les aménités urbaines sont la condition sine qua non pour que le tourisme s'y développe. »

 

A retenir :

  • un phénomène urbain : par des urbains, pour des urbains.
  • des lieux spécifiques qui urbanisent des territoires
  • des conséquences liées à cette urbanisation

 

5- Une dernière définition d'un géographe, Philippe DUHAMEL (Tourisme et littoral, un enjeu du monde, Belin, 2009).

« Le tourisme est fondamentalement un projet urbain. Il est porté par des sociétés urbaines qui projettent sur l'espace leurs représentations et leurs modes de vie. Cela induit des transformations de type urbain telles qu’une sociabilité spécifiquement urbaine, une organisation de l'espace marquée par des signes urbains, des concentrations spatiales dignes d'une ville. D'autre part, le tourisme est un projet de société qui s'approprie des espaces et les transformes selon des normes et des valeurs qui lui sont propres et qui transcendant les catégories spatiales admises ».

 

A retenir :

  • des représentations et des modes de vie
  • des organisations spatiales urbaines
  • cela prticipe à l'urbanisation du monde telle qu'elle est décrite par d'autres géographes (Michel Lussault, Jacques Lévy, ...)
Commenter cet article