Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Geobunnik

Le blog d'un enseignant qui prépare au CAPES et au CRPE en géographie à l'ESPE de Corse à Ajaccio et Corte.

Comprendre le printemps arabe ... ou les printemps arabes.

Publié le 2 Décembre 2013 par geobunnik in La Méditerranée

Ce qu'on peut trouver dans une introduction sur ce sujet ...

  • Un mouvement brusque, qui a surpris l'opinion publique internationale par sa rapidité, son dynamisme.
  • Un mouvement très localisé dans le temps et l'espace : entre le 17 décembre 2010 (Tunisie, immolation de Mohamed Bouazizi) et le mois d'octobre 2011 (élections en Tunisie, mort de Khadafi, fin des émeutes à Bahreïn). Dans l'espace : du Maroc à la Syrie, en fait la rive sud de la Méditerranée + Bahreïn.
  • Un mouvement marqué aussi par la diversité (des pays, des régimes, des révoltes, des réponses, des évolutions).
  • La recherche de démocratie par les habitants des pays ayant participé au « printemps arabe » a-t-elle abouti à la naissance de régimes démocratiques ?
    • Les conditions de la révolte : le refus de systèmes autoritaires, injustes, corrompus.
    • La recherche de la démocratie par des voies plus ou moins violentes.
    • Des conséquences économiques, politiques et sociales qui fragilisent les nouveaux régimes.

 

1- Les conditions de la révolte : le refus de systèmes autoritaires, injustes, corrompus.

1.1. Des régimes qui semblent forts :

  • Des régimes autoritaires sans opposition légale : Khadafi au pouvoir depuis 1969, Hosni Moubarak depuis 1981, Bachar El Assad et Mohammed VI depuis 1999.
  • Des régimes qui dominent les populations avec le pouvoir soit de l'armée (Égypte, Syrie), soit de la police (Tunisie), soit en jouant sur le clanisme (Libye).
  • Des régimes qui pratiquent la censure.
  • Des régimes qui se présentent comme des remparts contre l'islamisme (tous) ou les migrants venus du sud du Sahara (Libye).

1.2. Des régimes injustes :

  • Des injustices politiques : le pouvoir est distribué par le dictateur à des proches, des fidèles ; les élections – quand il y en a- sont truquées, arrangées (près de 99 % de votes pour Ben Ali en Tunisie).
  • Des injustices économiques : le pouvoir économique est aux mains des proches du palais (royal ou présidentiel), voire de sa famille (népotisme en Égypte, Tunisie, Maroc, Syrie). De plus, leur politique libérale divise la société entre quelques nantis et une forte majorité de pauvres.
  • Des injustices sociales : les minorités ne sont pas reconnues, elles ne peuvent pratiquer leur religion ou leur langue. Elles subissent des politiques discriminatoires (Coptes en Égypte, Berbères au Maroc).
  • Des régimes corrompus : La corruption touche tous les niveaux de la société.

1.3. Des régimes variés :

  • Desrégimes politiques variés :
    • Des monarchies (Maroc, Jordanie, Arabie Saoudite, …) mais dont la dynastie est assez récente (années 1940-1950). 
    • Des républiques d'inspiration plutôt socialiste puis libérales (Algérie, Tunisie, Égypte, Syrie).
    • Un État particulier, la Libye : mélange d'autoritarisme et de clanisme ehnique.
  • Variété des histoires :
    • colonisation française (Maroc, Algérie, Tunisie)
    • colonisation anglaise (Égypte)
    • mandats de l'ONU (Liban, Syrie)
    • pas ou peu d'occupation étrangère (Libye)
  • Variété des ressources :
    • tourisme (Tunisie, Égypte, Maroc)
    • hydrocarbures (Libye, Algérie) ou mines (Maroc)
    • industrie et commerce (Syrie, Égypte)
  • Variété des soutiens internationaux :
    • France ou Union Européenne (Maroc, Tunisie, Libye) ;
    • États-Unis (Égypte, Jordanie) ;
    • Iran (Syrie)

 

2- La recherche de la démocratie par des voies plus ou moins violentes.

2.1. Une demande de démocratie de la part des habitants

L'usage des réseaux sociaux

L'usage de la rue, des places pour s'exprimer

2.2. Des révolutions

Tunisie : quelques semaines, la mise en place d'élections libres.

Égypte : quelques semaines aussi, une mise en place d'un nouveau régime elle aussi très difficile. Le retour d'un régime dominé par l'armée.

2.3. Des guerres civiles

Libye

Syrie : deux ans de guerre civile, + de 100 000 morts, l'utilisation d'armes légères, lourdes ou chimiques. Une guerre aux répercussions régionales (réfugiés, diplomatie, …)

2.4. Des révolutions avortées

Maroc : des réformes réduites, une ouverture sur des revendications politiques mais pas sociales ou économiques)

Bahreïn : une répression menée par le voisin arabe.

 

3- Des conséquences économiques, politiques et sociales qui fragilisent les nouveaux régimes.

3.1. Des conséquences politiques internes :

La place des minorités :

  • Des minorités opprimées
  • Des minorités écoutées
  • Des minorités qui oppriment

La place des femmes et de la religion dans la vie politique et sociale.

La place de l'armée et des armes dans le nouvel État (Libye, Égypte).

Des soutiens extérieurs complexes :

  • le modèle turc
  • l'argent saoudien et qatari
  • le soutien de l'occident.

3.2. Des conséquences socio-économiques lourdes :

l'impact sur le tourisme : un déplacemen des flus vers la Turquie et l'Europe.

l'impact sur l'économie : plutôt négatif, à associer avec les effets de la crise économique mondiale depuis 2007-2008.

3.3. Des situations très contrastées :

des régimes toujours en place (Maroc, Syrie)

des guerres civiles ou des situations toujours violentes (Libye, Égypte, Syrie)

une démocratie qui semble naître mais avec beaucoup de dificultés (Tunisie)

 

Conclusion :

Une forte demande de démocratie, avec des luttes qui continuent (Tunisie, Égypte, …)

Une déstabilisation qui a dépassé les frontières de la région (Mali)

Un changement de regard des sociétés occidentales sur ces pays : un mélange de peur (cf. la baisse du tourisme) et d'espoir (cf. l'idée que l'islam n'est pas incompatible avec la démocratie).

Quid de la place de l'Europe, comme modèle, comme horizon économique ou politique ?

Comprendre le printemps arabe ... ou les printemps arabes.
Commenter cet article