Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Geobunnik

Le blog d'un enseignant qui prépare au CAPES et au CRPE en géographie à l'ESPE de Corse à Ajaccio et Corte.

Cancun, territoire et paysage touristique de la mondialisation

Publié le 21 Mars 2013 par geobunnik in CAPES - Canada, Etats-Unis, Mexique

Dans cet article, pas de photographie de Cancun, vous la trouvez partout. Les paysages son connus : mer des Caraïbes bleu turquoise, fine plage blanche et immeubles en hauteur (les hôtels).Vous n'y trouverez pas non plus une dénonciation de ce modèle urbain ou touristique, cette volonté des décideurs économiques de créer des îlots, des isolats de richesse dans des territoires pauvres (ce n'est pas fini, si on en croit l'évolution des travaux à Socchi sur les rives de la Mer Noire).

 

Dans ce petit article, vous trouverez un croquis qui montre comment s'organise un territoire touristique en Amérique du nord, celui de Cancun. A y regarder de plus près, on pourrait aussi se trouver dans les îles de Floride voire même dans des stations de ski des Rocheuses des Etats-Unis ou du Canada (remplacez la mer par des champs de neige).

 

Ce territoire de Cancun est récent et en évolution permanente. De plus il m'a semblé opportun de lier la partie visible de Cancun à sa face invisible, la ville de Cancun et ses 700 000 habitants.

 

  1. Une station créée ex-nihilo.
    1. son histoire est simple : en 1964, le gouvernement mexicain, via le "Plan national du Tourisme", décide de créer une station balnéaire à Cancun. C'est le FONATUR (Fonds national de promotion du tourisme)  qui est chargé de la mise en oeuvre des chantiers et de la création de la station balnéaire (routes, aéroport, port de Porto Juarez, etc.).
    2. Le village de pêcheurs (100 à 200 habitants selon les sources) se transforme alors rapidement et devient dès 1974 une station balnéaire qui accueille ses premiers touristes.
    3. Le Mexique devient alors un acteur du tourisme mondial, prenant ainsi la suite de Cuba, fermée aux touristes états-uniens avec l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro et l'embargo des Etats-Unis sur l'île en 1962. 
    4. Il faut dire que le site st exceptionnel : entre trois mers (Cara¨bes / lagune / forêt tropicale humide), 240 jours de soleil par an, une température moyenne de l'air de 27.7°C, des plags de sable blanc et surtout un territoire presque vide à quelques heures d'avion des Etats-Unis.
  2. Le tourisme, une mono-activité : 
    1. La clientèle principale est riche, nord américaine à 70 % et Européenne à 30 %. Les touristes mexicains y sont rares et le Peso mexicain souvent rempacé par le dollar des Etats-Unis. 14 millions de touristes viennent y trouver plages, soleil et repos, des touristes venus par avion (l'aéroport est ainsi rapidement devenu l deuxième du pays après celui de Mexico).
    2. Un front de mer de 22 kilomètres apparait sur une bande de sable (le lido) entre mer des Caraïbes et lagune, avec des immeubles-hotels qui disposent de leur piscine privée, voire de leur plage privée ou même artificielle ! Le nombre de chambre ne cesse d'augmenter, on serait fin 2012 à 36 800 chambres disponibles, remplies à 75-80 % l'été. Ce lido est parcourru par une route, le boulevard Kukulcán. 
    3. D'autres sites touristiques sont créés de toutes pièces : des golfs, des musées (dont un musée sous-marin où l'on peut plonger pou voir des staues en béton sous l'eau), un musée maya ouvert en novembre 2012, un port de plaisance au nord de la station avec les activités nautiques associées (croisières, surf, plongée, ...).
    4. Une activité qui rapporte quand même la moitié de la richesse de l'Etat de Quintana Roo, attisat ainsi les convoitises des hommes d'affaires et celles des politiciens (scandale politique au début des années 1990 lorsque le maire a trnasformé des terres en terrains constructibes pour ses amis pour y construire des hôtels).
  3. Un territoire marqué par un forte ségrégation socio-spatiale : 
    1. Le territoire de la station est assez simple à lire : sur le littoral (appelé "Isla Cancun") sont concentrées les activités touristiques, des activités qui s'étendent toujours plus vers le nord et vers le sud, donnant naissance à une "riviera maya" (pourquoi pas ?) organisée autour de Cancun et s'étendant vers Tulum ou Playa del Carmen au sud. D'autre part, dans les terres, entre lagune et forêt la ville des employés mexicains, aux salaires mexicains et à la législation du travail mexicaine (précarité, flexibilité).
    2. Cependant, la mono-activité semble se transformer et ont assistrait presque à la naissance d'une véritable ville, sans aller jusqu'à une métropole. En effet, Cancun veut se positionner comme un point majeur du monde pour les conférences. On se souvient de la conférence sur le climat de 2010 et plus encore de la conférence de l'OMC de 2003 qui opposa l'UE aux EU et  ces deux entités aux pays du groupe de Cairns autour des enjeux de la libéralisation du commerce des marchandises agricoles ou des biens culturels. Le lieu emblématique de ces conférences est le Convention Centre (centre des congrès).

 

Croquis :

Croquis-de-Cancun.jpg

et légende :

Croquis-de-Cancun---legende.jpg

 

pour plus d'informations sur le tourisme et Cancun, lisez ceci : link

Commenter cet article