Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Geobunnik

Le blog d'un enseignant qui prépare au CAPES et au CRPE en géographie à l'ESPE de Corse à Ajaccio et Corte.

Cours de fin de cours (titre pas génial)

Publié le 28 Mars 2012 par geobunnik in CAPES - Canada, Etats-Unis, Mexique

 

Cours de fin de semestre 

Canada, Etats-Unis, Mexique

 

Voici où nous en étions ... et ce que nous aurions du voir ensemble :

 

 

  1. Des aires qui se dessinent

    1. L'aire politique (États, fédérations, états ou provinces, etc : une hiérarchie qui peut poser des problèmes d'unité nationale ou d'action politique) 

    2. Les aires culturelles (langues, religions, couleurs de peau, ...) 

    3. Les aires économiques (mondialisation, du local au global en passant par l'ALENA) 

    4. Des aires qui dépassent les territoires des États : l'influence de ces États dans le monde (Caraïbes, Amérique latine, Europe, Asie, Chinamérique, Afrique, Océanie). 

    5. Carte de synthèse : les aires qui dessinent l'Amérique du Nord.

  1. Des flux nombreux
    1. Flux de marchandises (échanges économiques et leurs effets spatiaux : ports, aéroports, maquiladoras, ... y compris les flux illicites)

    2. Flux de personnes (les flux, et leurs effets politiques sur les politiques d'immigration dans des pays vieillissants) 

    3. Flux d'information (le soft power des EU, les influences extérieures sur les populations, le contrôle des médias, internet). 

    4. Carte de synthèse : les flux qui traversent, convergent et partent de l'Amérique du Nord.

     
  2. Des conflits plus ou moins forts : des sociétés du vivre ensemble ou du vivre côte à côte ?

    1. L'importance de la frontière (les deux aspects de la notion, les murs, à différentes échelles)

    2. Les conflits urbains (gangs, gated comunauties, gestion des villes, ségrégation socio-spatiale)

    3. Les conflits autour de la nature et de ses richesses (Alaska, gaz de schiste, parcs naturels, ... )

    4. Les conflits économiques (dans le cadre de l'Alena, de l'OMC ou autre).

    5. Carte de synthèse : des sociétés du vivre côte à côte.

 

  • La question à se poser est : comment vous allez traiter seuls ces questions qui ne sont pas très difficiles.

  • Ce qui m'intéresse dans la démarche de la préparation du CAPES, c'est de voir comment vous êtes capable de

    • synthétiser des informations,

    • cartographier des phénomènes,

    • être au courant de l'actualité scientifique. 

 

 

3 - Des aires qui se dessinent

 

3.1. L'aire politique 

  • (États, fédérations, états ou provinces, etc : une hiérarchie qui peut poser des problèmes d'unité nationale ou d'action politique)

 

3.2. Les aires culturelles (langues, religions, couleurs de peau, ...)

  • Pays par pays, il faut voir l'évolution des populations selon les critères classiques de la démographie :

    • le nombre d'habitants,

    • l'évolution du nombre d'habitants

    • la répartition des habitants sur les territoires

    • deux éléments clés de la croissance démographique :

      • le solde migratoire (et les politiques migratoires qui y sont associées)

      • le solde naturel

    • la répartition des groupes ethniques pour des "communautés" dans ces trois pays :

      • au Canada :

        • la mixité de la population est assez forte, mais ...

        • les nouveaux migrants venus d'Asie ou d'Amérique sont surtout urbains

        • les traces des anciennes migrations restent dans la répartition de la population, notamment les francophones, anglophones, descendants des européens germaniques, etc.

        • les amérindiens ne sont pas localisés que dans les 3 territoires, il y en a aussi dans les provinces. Quel statut ? quelles logiques de localisation ?

      • aux États-Unis, la répartition de la population est plus complexe :

        • localiser les populations noires, blanches, asiatiques, latinos.

        • réfléchir aux logiques de localisation dans le temps et l'espace

        • montrer que cela ne se fait pas sans problèmes politiques (passés et actuels : lutte contre la ségrégation, luttes politiques des latinos, émeutes urbaines, jeu politique classique, etc. )

        • être aussi capable de réfléchir aux jeux d'échelle (donc se placer aussi dans la logique urbaine).

      • au Mexique, mythe d'un peuple uni et métissé ... pourtant,

        • il y a des immigrants aussi,

        • c'est un pays d'émigration

        • c'est donc un pays de transit

        • il y a des minorités indiennes

  • Pour cette question , il faut commencer par remettre à jour quelques termes spécifiques à la démographie :

    • solde migratoire

    • immigration

    • émigration

    • solde naturel

    • taux de natalité

    • taux de mortalité

    • taux de mortalité infantile

    • taux de dépendance

    • indice synthétique de fécondité

    • politique migratoire

  • Quelle(s) carte (s) faire ?

    • une carte globale de synthèse

    • des cartes spécifiques, en vue de faire des croquis intermédiaires dans une copie.

  • Sources utiles :

    • Yves BOQUET, Les États-Unis, Belin Memento Géographie, 2003. Pages 11-15.

    • Yves BOQUET, Espaces et territoires aux États-Unis, Belin Sup, Géographie, 2004. Pages 131-160.

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 54 - 65 ; 181 (Canada)

    • Alain MUSSET, Le Mexique, Que-sais-je ? PUF, 2004. Pages 88-97 et 118-125.

    • David GIBAND, L’Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Ellipses, 2010. Pages 34-37 (indiens), 54-57 (chrétiens), 66-69 ("ethnies"), 90-93 (noirs), 94-97 (francophones), 102-105 (musique), 106-109 (sports), 110-113 (télévision), 174-177 (hispaniques)

    • Gérard DOREL, Atlas de l'empire américain, Atlas Autrement, 2006. Pages 58-59 (églises évangéliques), 60-61 (cinéma)

    • Vincent THEBAULT (dir), Géopolitique des Amériques, Nathan, 2009. pages 302 – 314 (communautarismes).

    • C. de BONNAVENTURE, États-Unis : chasse aux clandestins, Carto n°09, janvier-février 2012.

    • Frank TETART, 308 millions d’Américains et des voix, des voix, des voix, Carto n° 05, Mai-juin 2011.

    • L’Atlas des minorités, Le Monde-La Vie, 2011. Pages 102-105 (Indiens Mexique) ; 112-113 (hispaniques aux EU); 138-139 (migrants EU), 122 (juifs aux EU), 169 (les lieux de vacances des hyperriches)

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

 

3.3. Les aires économiques (mondialisation, du local au global en passant par l'ALENA)

  • On ne peut pas organiser la réponse pays par pays, mais il faut s'intéresser à la répartition dans l'espace de l'économie, en n'oubliant ni le Mexique ni le Canada. Commencez les recherches pays par pays avant d'organiser en thèmes :

  •  
    • les territoires agricoles :

      • en se plaçant dans la logique des "belts" aux États-Unis, des territoires canadiens ou mexicains.

      • On peut se poser la question de

        • la spécialisation des territoires,

        • des logiques agro-industrielles qui touchent ces pays (même au Mexique, même si c'est moins fort)

        • et des résistances à ces logiques (concentration, industrialisation de l'agriculture, agribusiness, OGM, taille des exploitations, etc).

      • Rappeler qu'il reste une agriculture paysanne, non spécialisée. de plus, autour des villes,

      • Existence aux EU et Canada d'un hobby-farming (où l'activité agricole est secondaire pour l'exploitant),

      • Existence aussi autour des villes des trois pays d'une agriculture périurbaine spécialisée dans le maraîchage notamment, afin d'alimenter les villes en produits frais (légumes, fruits).

      • Ces territoires agricoles sont marqués par des paysages typiques :

        • feed-lots

        • paysages des grandes plaines

        • paysages de Californie (Nappa Valley, arboriculture)

        • paysages de l'irrigation

        • paysages de l'agriculture indienne au Mexique

        • paysages du nord-est des EU + est du Canada (rang et damier de petite taille)

        • etc.

      • Faire une carte

  •  
    • Les territoires de l'exploitation du sous-sol

      • Les paysages et territoires de l'exploitation pétrolière (terre, mer, Alaska compris, enjeux environnementaux aussi)

      • Les paysages et territoires de l'exploitation gazière (terre, enjeux environnementaux aussi)

      • Les paysages et territoires miniers

      • Faire une carte sur ce sujet

  •  
    • Les territoires industriels :

      • Là aussi, des paysages hérités

      • Des paysages et des territoires en évolution (c'est une problématique possible) car même les maquilidoras changent depuis 10 ans, tout comme l'idée de désindustrialisation du nord-est, etc.

      • Repérer les territoires :

        • Nord-Est des EU, Est du Canada, Grands Lacs => désindustrialisation ("rust belt")

        • "Sun belt" et nouvelle économie ... mais aussi relocalisations industrielles (notamment de l'automobile)

        • la frontière EU-Mexique, bien sûr

        • Mexico et les métropoles du Mexique

        • Les métropoles canadiennes, avec toujours la même logique et division Est-Ouest.

  •  
    •  
      • Ces logiques de spécialisation et de délocalisation posent des problèmes sociaux à décrire.

      • Il ne faut pas oublier que les territoires de l'économie répondent à des localisations selon des critères connus : localisation de la main d’œuvre, de la matière première, de l'énergie ou du marché visé. Ces logiques sont plus ou moins prioritaires selon les industries, qu'elles soient lourdes, de biens de consommation, de pointe, de haute technologie. La localisation d'entreprises de haute technologie peut être liée à des éléments naturels (Cap Canaveral en Floride).

      • Repérer aussi les logiques industrielles à l'échelle urbaine : où trouve-t-on les quartiers industriels anciens et récents ? Quelle conséquence sur les déplacements ?

      • Troisième échelle des territoires industriels de ces pays, le monde avec les délocalisation. On connaît l'exemple d'Apple, entreprise sans usine (ou presque) qui a délocalisé sa production en Chine. On peut prendre l'exemple de Nike, de l'automobile aussi. Quels sont les territoires des délocalisations ? Il n'y a pas que la Chine ou les maquiladoras mexicaines ... A noter que ces délocalisations ont des conséquences sur les flux (de marchandises, de personnes ou d'argent, ce que l'on verra dans la partie 4 du cours)

      • Faire une carte

  •  
    • Les territoires des services

      • Deux logiques dans les services :

        • les services de proximité, de base : ils sont partout ... mais avec des logiques différentes de la France que l'on connaît : les pays sont plus vastes, n'ont pas la même relation aux services publics.

        • les services de haut niveau, le tertiaire supérieur, à définir, avec des logiques de concentration dans les métropoles (emplois technopolitains ou métropolitains supérieurs). Il faut aussi associer ces services à des localisations particulières (bureaux de centre-ville ou des edge-cities), mais aussi les technopoles.

        • deux services particuliers avec des territoires et des paysages particuliers à noter :

          • les transports, la logistique,

          • le tourisme (hiver comme été).

          • deux activités marquées par l'intense concentration le long de points particuliers que j'aurais pu mettre dans la partie deux du cours si cette concentration ne donnait pas naissance à des territoires vastes :

            • les façades maritimes

            • les territoires du tourisme balnéaire (EU-Mexique)

            • les territoires du tourisme de montagne (EU-Canada surtout)

        • les territoires de la nouvelle économie, qui ne sont pas industriels (délocalisé en Chine) mais intellectuels : logiciels, design, commercialisation, etc. Quelle logique de localisation pour ces territoires ? les technopoles, avec l'inévitable exemple de la Silicon Valley, mais il faut être capable d'en citer d'autres, comme la route 128 ou le Triangle Research.

      • Si on se place à l'échelle nationale ou régionale, logique de littoralisation + de sun belt. quels sont les territoires des services de haut niveau ?

      • A l'échelle urbaine, les technopoles, les edge cities, c'est plus facile, mais il ne faut pas oublier les exemples précis.

      • Faire une carte à l'échelle continentale.

 

  • Sources utiles :

    • Yves BOQUET, Les États-Unis, Belin Memento Géographie, 2003. pages 25-30 (agriculture) ; 31-36 (énergie) ; 37-48 (industrie) ; 49-54. pages 92-96 (villes)

    • Yves BOQUET, Espaces et territoires aux États-Unis, Belin Sup, Géographie, 2004. Pages 175-200.

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 78-129. Pages 172-173 ; 182-183 (Canada)

    • Alain MUSSET, Le Mexique, Que-sais-je ? PUF, 2004. Pages 46-85.

    • David GIBAND, L'Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Ellipses, 2010. Pages 86-89 (Alena), 114-117 (aires économiques), 118-121 (ressources naturelles), 122-125 (agriculture), 142-149 (industries), 194-197 (frontière EU-Mexique), 202-205 (Québec)

    • Gérard DOREL, Atlas de l'empire américain, Atlas Autrement, 2006. Pages 22-23 (Hautes technologies), 24-25 (Recherche et développement), 26-27 (TIC), 28-31 (aérospatiale), 32-33 (FTN), 34-37 (IDE), 46-49 (agriculture), 50-51 (pétrole)

    • Vincent THEBAULT (dir), Géopolitique des Amériques, Nathan, 2009. pages 217-222 ; 226 - 239 (Mexique) ; 246 – 255 (Alena et autres alliances éco pour le Mexique) ; 270 – 284 (capitalisme EU) : 333 – 355 (EU : territoires éco).

    • Michel GOUSSOT, Les États-Unis, société contrastée, puissance contestée, La documentation photographique, mars-avril 2007.

    • Laurent CARROUE, La crise économique et financière états-unienne : enjeux géographiques et géopolitiques, in Hérodote, 132, 2009, pp 104-127.,

    • J. ARNOULT, Québec, la ruée vers le fer, Carto n° Novembre-décembre 2011.

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

 

3.4. Des aires qui dépassent les territoires des États : l'influence économique de ces États dans le monde. (Caraïbes, Amérique latine, Europe, Asie, Chinamérique, Afrique, Océanie).

  • J'en fais une partie séparée, afin d'en tirer une carte. Dans un devoir, on peut facilement intégrer cette petite partie dans la partie précédente.

  • On change d'échelle, on est à l'échelle du monde, mais il faut bien voir que toute la planète n'est pas logée à la même enseigne. Il faut donc faire une typologie ... donc trouver des critères pertinents : l'accessibilité ? (pour les littoraux), la production industrielle ? la consommation des produits de ces régions ? des accords commerciaux particuliers ? des lieux de production minière ? les lieux de production agricole ? la dépendance vis à vis du marché d'Amérique du Nord ? la richesse ou la pauvreté ? ... deux ou trois critères doivent suffire.

  • Ne pas hésiter à utiliser un vocabulaire géographique pour faire les typologies : centres, périphéries, marges, littoralisation, polarisation, mondialisation, enclavement, etc.

  • Ne pas se baser que sur des critères économiques, c'est de la géographie : il faut des territoires, des lieux, des humains, des paysages, etc.

  • Ce qu'il faut faire ressortir comme lieux :

    • Il y a des marges proches, comme les Caraïbes (tourisme, industrie, débouchés, main d’œuvre)

    • Il y a des marges un peu plus lointaines aux contacts anciens mais rugueux, comme l'Amérique latine (accords de libre échange en attente, liens anciens depuis la doctrine Monroe, produits miniers ou pétroliers, main d'œuvre, marché d'exportation)

    • Il y a des nouvelles marges de production : l'Asie de l'Est, en particulier la Chine, en particulier la Chine littorale (APEC, IDE, produits miniers aussi, produits manufacturés, main d’œuvre, etc.)

    • Les deux autres pôles de la Triade (concurrence, IDE, marchés d'exportation, etc. )

    • Les pays producteurs de pétrole, à la fois concurrents et fournisseurs, dépendants et associés surtout aux EU.

    • Le reste du monde (Asie, Afrique, Russie, Inde) : des zones moins intéressantes, mais qui restent des marchés, des lieux de main d’œuvre (brain drain indien).

  • On peut finir par une carte/croquis à l'échelle mondiale, avec ces territoires.

  • Sources utiles :

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 124-159.

    • Yves BOQUET, Espaces et territoires aux États-Unis, Belin Sup, Géographie, 2004. Pages 153-64.

    • David GIBAND, L'Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Ellipses, 2010. Pages 178-181 (Pacifique)

    • Gérard DOREL, Atlas de l'empire américain, Atlas Autrement, 2006. Pages 38-43 (Commerce international), 70-71 (Amérique latine)

    • Vincent THEBAULT (dir), Géopolitique des Amériques, Nathan, 2009. pages 356 – 377 (EU et mondialisation).

    • M. HAMACHE, L'accord du Pacifique, Carto n° 06, juillet-août 2011.

    • Laurent CARROUE, Menace sur le Dollar, Carto n° 08, Novembre-décembre 2011.

    • L’État de la mondialisation, Hors Série du magazine Alternatives internationales, janvier 2012. Pages 104-105 (Amériques)

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

 

Carte de synthèse : les aires qui dessinent l'Amérique du Nord.

  • Réfléchir à la problématique du cette carte et de ce cours :

    • on a des aires qui se dessinent à l'échelle du continent.

    • on ne placera pas les flux, qui apparaissent dans le cours suivant, mais on peut placer les pôles que l'on a vu dans le cours précédent (2 = les villes, les bourses, les ports)

    • quelle logique, quelle problématique sur ces aires ? une spécialisation des territoires + une évolution constante, avec des phénomènes de littoralisation + de sun belt.

 

  • Sources utiles :

    • Yves BOQUET, Les États-Unis, Belin Memento Géographie, 2003. pages 130-188 réflexion sur les régions des EU suivie de leur description).

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 176-177 .

    • David GIBAND, L'Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Ellipses, 2010. Pages 138-141 (géopolitique),

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

 

 

 

 4. Des flux nombreux

 

4.1. Les flux de marchandises (échanges économiques et leurs effets spatiaux : ports, aéroports, maquiladoras, ... y compris les flux illicites)

 

 

  • On a deux logiques dans les flux de marchandises en Amérique du nord : les flux internes et les flux externes. On se sert des chiffres du commerce extérieur : balance commerciale, importations, exportations.

  • Pour les flux internes, on a deux échelles :

    • les flux entre les trois pays marqués par

      • les deux frontières

      • des échanges équilibrés entre EU et Canada,

      • des échanges déséquilibrés entre EU et Mexique

      • des routes commerciales qui passent par des points de passage particuliers

      • des routes qui existent aussi pour les hydrocarbures, l'électricité (canada-EU)

      • ne pas oublier des flux illicites (surtout les drogues)

  •  
    • les flux à l'intérieur de ces pays.

      • aux EU-Canada, le fédéralisme

      • au Mexique la centralisation économique

      • Quels grands axes commerciaux

  •  
    • Cela peut aboutir à un croquis.

  • Pour les flux externes, on se place à l'échelle du monde, entre les lieux de production (qu'ils soient nord-américains ou mondiaux) et les lieux de consommation (idem).

    • Les principales routes commerciales

    • les points de passage obligés (détroits, canaux, caps)

    • ne pas oublier les flux illicites (drogues principalement)

    • cela aboutit à un croquis / carte.

  • Ces routes, flux ont des conséquences spatiales claires :

    • une polarisation des transports de marchandise dans les grands ports des pays (liste des ports et localisation obligatoire). Ne pas oublier le Mexique, ...

    • idem pour les aéroports de fret (liste et localisation), ne pas oublier qu'UPS, Fedex sont des entreprises nord-américaines.

    • on peut relier (pas dans ce cours mais dans une copie ou un oral sur le sujet) ces flux avec le développement de zones transfrontalières (voir cours 2)

    • Il est nécessaire de faire un croquis sur un port, celui de LA, celui de NY ou celui de la Nouvelle Orléans.

  • Sources utiles :

    • Yves BOQUET, Les États-Unis, Belin Memento Géographie, 2003. pages 20-23

    • Yves BOQUET, Espaces et territoires aux États-Unis, Belin Sup, Géographie, 2004. Pages 201-224.

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 124-129 ; pages 132 - 135.

    • David GIBAND, L'Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Ellipses, 2010. Pages 154-161 (corridors routiers et transports)

    • Vincent THEBAULT (dir), Géopolitique des Amériques, Nathan, 2009. pages 165-179 (EU-Mexique).

    • G. FOURMONT, Construire (ou non) un gazoduc Alaska-Canada, Carto n° 07, septembre-octobre 2011.

    • Caroline RONSIN, Violence et crime organisé en Amérique centrale, Carto n° 05, Mai-juin 2011.

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

4.2. Flux de personnes (les flux, et leurs effets politiques sur les politiques d'immigration dans des pays vieillissants)

  • Une partie du cours à relier à la partie 3.2. sur les aires sociales et culturelles localisation des migrants notamment).

  • Décrire les flux migratoires à trois échelles :

    • les flux internationaux, avec : les pays de départ, les pays d'arrivée, le nombre de personnes. Comme on est dans une typologie, il faut des critères :

      • importance du flux,

      • type de pays d'origine (riche, pauvre, émergent, ou continent par continent),

      • type de migrants (main d’œuvre non qualifiée, main d’œuvre qualifiée),

      • type de migration (légale ou non),

      • temporalité (migrations récentes ou anciennes, migrations en hausse ou en baisse).

      Ces flux sont mesurables, mais ils sont le résultat de politiques d'immigrations différentes. IL faut donc rappeler et analyser ces politiques :

      • Au Mexique,

      • Au Canada,

      • Aux États-Unis

  •  
    • les flux internes : entre régions du continent, là aussi il faut déterminer les régions de départ et les régions d'arrivée. on peut se placer État par État :

      • Au Mexique, fin de l'exode rural vers Mexico, avec de mouvements vers les autres métropoles qui continuent, notamment celles de l'axe néo volcanique. Des mouvements aussi toujours vers la frontière nord, vers les maquiladoras, des mouvements qui partent donc des campagnes, notamment des campagnes du sud-est, c'est à dire de la péninsule.

      • Au Canada, mouvement de concentration de la population autour des métropoles, et surtout vers l'ouest.

      • Aux États-Unis, nous avons déjà vu les shrinking cities qui se vident au nord-est. On a ce flux majeur du nord-est vers le sud et vers l'ouest. Peut-être est-ce l'occasion d’affiner ce regard par des flux plus complexes entre États

  •  
    • les flux à l'échelle urbaine, avec des territoires qui perdent et d'autres qui gagnent des habitants ... allez voir le cours sur les villes (partie 2)

  •  
    • Les deux premiers flux sont cartographiables à l'échelle du continent, mais on peut faire trois petits croquis (un par pays). Les derniers flux se montrent à l'échelle de la ville avec un croquis de la ville, bien sûr.

  • Sources utiles :

    • Yves BOQUET, Les États-Unis, Belin Memento Géographie, 2003. pages 16-17

    • Yves BOQUET, Espaces et territoires aux États-Unis, Belin Sup, Géographie, 2004. Pages 145-159.

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 56-59.

    • David GIBAND, L'Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, Ellipses, 2010. Pages 170-173 (migrations)

    • Gérard DOREL, Atlas de l'empire américain, Atlas Autrement, 2006. Pages 52-57 (immigration)

    • Alternatives économiques, Hors série n°8, décembre 2010. Pages 102-103 (chiffres 2008 pour les migrations vers les EU), 104-105 (le défi migratoire aux EU)

    • Vincent THEBAULT (dir), Géopolitique des Amériques, Nathan, 2009. pages 285 – 301 (migrations EU)

    • Catherine WIHTOL DE WENDEN, Un monde sans frontières, quelles tendances pour les migrations, Carto n° 02, septembre-novembre 2010.

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

 

4.3. Les flux d'information (le soft power des EU, les influences extérieures sur les populations, le contrôle des médias, internet).

  • On est dans le soft power, il faut commencer par le définir avant de voir ses manifestations.

  • Les flux d'informations passent par des médias qu'il faut décrire. Le cas des États-Unis est particulier parce que les médias y jouent un grand rôle et car ils sont de taille mondiale. Cependant, il ne faut pas oublier que les deux autres pays étudiés ne sont pas sans influence ou liens (avec le Commonwealth, la francophonie, l'Espagne ou l'Amérique latine).

    • les médias audiovisuels

      • des majors du cinéma

      • des majors de la musique

      • des télévisions

  •  
    • Internet

      • Sites majeurs

      • Logiciels et systèmes d'exploitation

      • flux

      • contrôle des données et serveurs à localiser.

  •  
    • les médias papier

      • les grands titres quotidiens

      • les grands hebdomadaires

      • les grands éditeurs (livres)

      • les comics

  •  
    • la téléphonie, avec le téléphone fixe et le mobile.

  •  
    • L'usage des satellites de communication dominé par les EU.

  • Difficulté, comment cartographier des flux invisibles ?

    • Il faut être malin : il faut placer les grands centres émetteurs (Hollywood, Atlanta, New York, Mexico, Montréal, Toronto, Cascadia), et les lieux de réception (plus flous). On a aussi des traces dans les paysages, notamment les grands câbles sous-marins.

    • On peut placer aussi un lieu particulier, cap Canaveral, d'où partent les fusées qui placent sur orbite les satellites de communication.

  • Sources utiles :

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 130-131

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

Carte de synthèse : les flux qui traversent, convergent et partent de l'Amérique du Nord.

 

  • Il faut faire la synthèse du chapitre, trouver une problématique d'ensemble intelligente et efficace, autour de la concentration encore ? autour d'une augmentation des flux ? d'une insertion plus grande dans un marché mondial ? dans des logiques différentes selon les 3 États ? etc.

  • Évidemment, je la propose à l'échelle du continent cette carte.

 

 

5- Des conflits plus ou moins forts : des sociétés du vivre ensemble ou du vivre côte à côte ?

Une manière de relier le cours sur la Géographie des conflits et ce cours ...

  1.  
    1. L'importance de la frontière

      (les deux aspects de la notion, les murs, à différentes échelles)

  • Des États qui se sont construit, donc qui ont théorisé leur relation au territoire, une relation qui s'est faite par la violence, les conflits :

    • conquête espagnole,

    • conquête française,

    • conquête britannique,

    • conquête de l'Ouest.

  • La frontière comme lieu des conflits

    • à la fois dans son sens de frontier, front pionnier où les conflits ont été nombreux et peuvent encore l'être dans le Grand Nord, une frontière toujours active (Plan Nord ou Alaska).

    • mais aussi dans le sens de boundary, de limite administrative où les conflits existent, non pas sur le tracé de la frontière stabilisé depuis la dernière guerre americano-mexicaine en 1846-48 (annexion du Texas et de tout l'Ouest : Californie, Nouveau Mexique, Arizona, etc.) et l'accord Gabsen de 1853 .

      • des conflits autour des flux de personnes

      • des conflits autour des flux de marchandises légales ou non

      • des lieux de conflits (Ciudad Juarez)

  • On peut aussi réfléchir à la gestion de ces conflits associés à la frontière :

    • des instances locales

    • des instances nationales

    • des instances internationales (OMC, Alena)

    • l’existence d'un mur-frontière

  • Source utiles :

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 158-159.

    • http://conflits.revues.org/index1001.html

      Ayse CEYHAN, Sécurité, frontières et surveillance aux États-Unis après le 11 septembre 2001 in Cultures et Conflits n° 53, printemps 2004.

    • http://www.geographie-sociale.org/mexique-usa-frontiere.htm

      Le site de Fabien GUILLOT propose une lecteur complète de la situation de la frontière dans son site Géographie sociale et politique.

    • http://www.herodote.org/spip.php?article257

      Rodrigo NIETO GOMEZ, Les conséquences géopolitiques pour le Mexique de la politique états-unienne de Homeland Security in Herodote n°123 - Amérique latine : nouvelle géopolitique (quatrième trimestre 2006)

 

  1.  
    1. Les conflits urbains

      (gangs, gated comunauties, gestion des villes, ségrégation socio-spatiale)

  • Autre lieu majeur des conflits, la ville. La particularité des conflits urbains en Amérique du Nord réside en l'extraordinaire ségrégation socio-spatiale, ethnique ou non. Les conflits y sont nombreux.

  • Voir le cours sur les conflits d'usage auquel il faut apporter des exemples précis de conflits dans les villes de l'Amérique du Nord.

  • Ne pas oublier des conflits liés à l'étalement urbain.

 

  • Sources utiles :

    • David GIBAND, Géographie sociale des États-Unis, Ellipses, 2006. Tout le livre qui évoque les enjeux liés à la fragmentation sociale et politique des EU : pauvreté, précarité, insécurité sociale, éducation ou encore politique policière.

 

 

  1.  
    1. Les conflits autour de la nature et de ses richesses

      (Alaska, gaz de schiste, parcs naturels, ... )

  • Il s'agit de conflits d'usage et d'aménagement internes aux États mais où l'opinion publique internationale peut intervenir.

  • On peut jouer sur les échelles : les conflits et leurs acteurs ont des répercussions locales ou plus larges (nationales ou internationales), comme en Alaska, du gaz de schiste, du gazoduc entre l'Alberta et les États-Unis, etc.

  • Entre les pays, conflits liés à l'eau (Colorado notamment) mais des conflits aussi dans les pays (en Californie, à Las Vegas, ...)

  • Penser à la protection de la nature, des conflits autour de ces aires protégées (Alaska et pétrole notamment).

 

  • Sources utiles :

    • Bruno BENOIT, Roland SAUSSAC (dir), Les Amériques, Le monde en fiches, Bréal, 2010. Pages 170-171

    • Yves BOQUET, Espaces et territoires aux États-Unis, Belin Sup, Géographie, 2004. Pages 131-160.

    • G. FOURMONT, Construire (ou non) un gazoduc Alaska-Canada, Carto n° 07, septembre-octobre 2011.

 

  1.  
    1. Les conflits économiques et politiques

      (dans le cadre de l'Alena, de l'OMC ou autre).

  • Les enjeux géoéconomiques :

    • Liés à la concurrence entre les pays : Eu, CA, Mex, et le reste du monde.

    • On peut se placer à l'échelle mondiale, avec les arbitrages de l'OMC (Cf. Boeing pénalisé en mars 2012 pour avoir reçu des subventions du gouvernement US) mais aussi dans les négociations de l'OMC, sur l'industrie, les services, l'agriculture, etc. => Groupe de Cairns (Canada), position des EU, du Mexique ?

    • Liés à l'ALENA, un tribunal existe aussi pour régler les conflits entre les trois pays. Mais les conflits portent aussi sur les conséquences de l'Alena sur les territoires et sur les économies respectives (délocalisations, chomage, précarisation des emplois, ...)

  • Les enjeux géopolitiques :

    • Au Mexique, liés aux cartels mais aussi au Chiapas avec l'EZLN (Ejército Zapatista de Liberación Nacional - Armée Zapatiste de Libération Nationale)

    • Au Canada, liés au monde arctique (routes polaires, exploitation du sous-sol, zones maritimes, ...)

    • Aux EU, liés à leur place dominante dans le monde (l'hyperpuissance décrite par Hubert VEDRINE) : interventions internationales dans deux directions ces dernières années : l'Amérique centrale et Caraïbes d'une part (Nicaragua, Cuba, Haïti, ...) et Moyen Orient d'autre part (Israël, Iran Irak, Afghanistan , Terrorisme musulman intégriste, ...). Des conflits plus ou moins violents (américanophobie), plus ou moins réglés à travers l'ONU.

  • Dans les deux cas, penser à faire un croquis ou une carte qui montrent ces enjeux et ces conflits.

  • Sources utiles :

    • Gérard DOREL, Atlas de l'empire américain, Atlas Autrement, 2006. Pages 62-69 (géopolitique) 72-73 (terrorisme), 74-75 (américanophilie et americanophobie).

    • G. FOURMONT, Mexique : le retour des révolutionnaires, Carto n° 07, septembre-octobre 2011.

    • David RECONDO, Mexique : la guerre aux narcos fait des ravages. in L’État de la mondialisation, Hors Série du magazine Alternatives internationales, janvier 2012. Pages 108-109.

    • Vincent THEBAULT (dir), Géopolitique des Amériques, Nathan, 2009. pages 149 – 164; 190-194 (relations EU-Amérique latine : éco et politique) ; 315 – 332 (EU et le monde).

    • Michel GOUSSOT, Les États-Unis, société contrastée, puissance contestée, La documentation photographique, mars-avril 2007.

    • Alain GRESH, L'hégémonie contestée des États-Unis, in L'Atlas du monde diplomatique 2006, pages 46-47

    • Eric CANOBBIO, Mondes arctiques. Miroirs de la mondialisation, La documentation photographique, n° 8080, mars-avril 2011.

    • Annette CIATTONI (dir), Géographie terminale, L-ES-S, l'espace mondial, Hatier, 2008. pages 88 - 153

 

  • Carte de synthèse : des sociétés du vivre côte à côte.
  • Une carte qui vise à faire comprendre que les troispays connaissent des conflits à différentes échelles. Il faut donc essayer de montrer ces échelles : conflits urbains (quelles émeutes, quelles violences, quels lieu de la gestion de ces conflits ?) conflits frontaliers (Mexique-EU, drogues, migrants), conflits entre Etats d'un même pays (Québec, souverainistes ; Chiappas), conflits extérieurs aussi (interventions militaires), conflits d'usage et conflits environnementaux (gaz de schiste), conflits importés aussi (attentats de 2001).
  • Penser à la problématiser pour intégrer les différentes échelles.

 

Commenter cet article