Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Geobunnik

Le blog d'un enseignant qui prépare au CAPES et au CRPE en géographie à l'ESPE de Corse à Ajaccio et Corte.

Habiter un littoral touristique, l'exemple de Porto Vecchio (introduction)

Publié le 19 Mars 2013 par geobunnik in CRPE Ajaccio

Peut-on concilier un développement du tourisme de masse et la protection de l'environnement ?

 

Porto Vecchio est une petite ville de 14 500 habitants en 2008, alors que le recensement de 1990 ne comptait que 9 300 personnes (source INSEE). Cette forte hausse de la population est liée à un facteur principal, le tourisme. 

En effet, depuis la construction de l'aéroport de Figari (1976), la pointe sud de la Corse s'est imposée comme un des pôles touristiques de l'île. C'est à cette époque que le choix du tout tourisme est fait. Une activité qui emploie désormais plus de 1600 personnes, notamment dans l'hébergement touristique (le grand sud concentre 29 % des emplacements de camping de Corse sur 12 % du territoire).

Ainsi, selon les chiffres de l'Agence du Tourisme de la Corse pour l'année 2010, 20 % des touristes qui ont visité l'île ont séjourné à Porto Vecchio ou sa région, faisant de cette micro-région le deuxième pôle touristique de Corse, après la Balagne.

 

Les raisons de ce succès sont liés notamment aux aménités naturelles que propose l'extrême sud de l'île : des plages, les falaises de Bonifacio, les îles Lavezzi. On peut y ajouter le cachet des villes de Porto Vecchio et de Bonifacio. Il apparaît nettement dans les études touristiques que l'image de nature sauvage est fortement liée à la Corse (voir les différentes études menées par l'Agence du Tourisme de la Corse sur son site internet).

 

Cependant, le littoral touristique est soumis à de fortes pressions :

  • pression touristique (700 000 touristes par an selon l'ATC)
  • pression économique entre commerce et tourisme (46 % des emplois), agriculture (3,4 % des emplois, avec des vignobles notamment), construction (16,6 % des emplois) ou encore l'administration (28,8 % des emplois). des emplois marqués par une saisonnalité forte (76 % des hôtels ne sont ouverts qu'en saison).
  • pression politique pour un petit territoire très convoité pour ses richesses, mais aussi pour les choix de développement de ce territoire tant à Bonifacio qu'autour de Porto Vecchio. Des clivages sont ainsi apparus lors des dernières élections locales.
  •  pression écologique ou naturaliste : protéger ou sauvegarder des paysages, des milieux, des espèces particulières à travers des parcs naturels marins ou terrestres, des zones de protection, des zones naturelles, le conservatoire du littoral, …

 

Ces pressions sont faites ou subies par différents acteurs qui font des choix à différentes échelles :

  • des populations locales qui vivent en partie du tourisme, qui en subissent les avantages comme les inconvénients à l'échelle locale (concurrence pour les terrains à construire ou pour les logements, encombrements routiers, etc. ). Si la commune de Porto Vecchio accueille 11 000 habitants, le grand sud est peuplé de 25 000 personnes en 2008 (INSEE). De même, dans le canton de Porto Vecchio moins d'un logement sur deux est occupé de façon permanente (54 % des logements sont des résidences secondaires).
  • les acteurs de la protection de l'environnement, qui se placent à l'échelle locale dans une vision qui se veut globale. Les propositions de ces associations ou groupes de pression peuvent être vues également dans une perspective localiste, de protection des intérêts locaux (effet NIMBY). 
  • les acteurs du tourisme qui pensent leur activité à l'échelle régionale, nationale et européenne, dans un contexte de forte concurrence entre pôles corses (Balagne, Ajaccio, Corte, Bastia), entre territoires méditerranéens ou européens (à travers les acteurs du transport aérien notamment).
  •  les acteurs politiques locaux, qui doivent agir en fonction de ces différentes échelles, essayant de ménager les intérêts des uns ou des autres.

 

objectifs : Réaliser un croquis de synthèse pour présenter un territoire proche des élèves de la micro-région ou pour présenter un littoral touristique pour les autres.

capacités : exploiter des documents variés et cartographier des informations.

 

 

Document 1 : Le littoral de l'extreme sud présenté dans un rapport de la CTC :

Le littoral dit de l’Extrême-Sud est la 3° microrégion de Corse (Insee) de par sa population. Elle est jeune, en pleine expansion démographique et économique. Le quart de ses habitants a moins de 20 ans, soit le taux le plus élevé de l’île. Ceci s’explique notamment par une importante présence étrangère (19 %). Le littoral a une forte vocation touristique, aidée par des atouts naturels de tout premier ordre. La capacité d’hébergement y est très importante, tant en campings, hôtels, villages de vacances et résidences secondaires. Ceci entraîne une activité dans le bâtiment plus forte qu’en moyenne insulaire. Cette zone constitue un lieu d’échanges économiques et de dynamisme qui contribue au développement de l’activité.

source : Collectivité Territoriale de Corse : Diagnostic Multisectoriel du Territoire de l’Extrême Sud de la Corse.

 

Document 2 : Croquis final et sa légende.
portovecchio.croquis portovecchio.croquis

portovecchio.croquis.légende portovecchio.croquis.légende

portovecchio.croquisportovecchio.croquis.légende

Commenter cet article